2arrow
2arrow
2arrow

Mesure

Finances

Le financement de la planification familiale à l’échelle internationale est composé de trois éléments, à savoir les dépenses publiques nationales, les contributions des bailleurs de fonds internationaux, mais aussi les dépenses des consommateurs et des consommatrices.

Les dépenses publiques nationales constituent la principale ressource du programme de planification familiale des pays, car elles fournissent des fonds budgétés pour les services et le personnel. Le financement provenant des bailleurs de fonds internationaux permet d’élargir et de renforcer les programmes, de garantir l’approvisionnement en produits et d’intégrer des contraceptifs relativement chers à la gamme de méthodes. Les dépenses personnelles des consommateurs et des consommatrices (pour les produits et les services fournis dans le secteur privé ou pour les frais dans le secteur public) favorisent la segmentation de la clientèle et une approche du marché total de la planification familiale. 

L’importance de chaque élément varie de manière considérable en fonction des pays. Les programmes de planification familiale de certains pays sont très dépendants des bailleurs de fonds, tandis que d’autres sont largement financés par le gouvernement, mais aussi les consommateurs et les consommatrices. Cependant, à l’échelle internationale, les trois types de financements sont essentiels pour optimiser le renforcement et l’élargissement de la planification familiale fondée sur les droits. 

FP2030 s’appuie sur les efforts déployés par le partenariat FP2020 afin de suivre ces flux de ressources dans tout le secteur de la planification familiale. Se joignent à nous plusieurs autres partenaires qui surveillent également des aspects du financement de la santé sexuelle et reproductive (et pas seulement la planification familiale) au sein des pays à revenu faible, intermédiaire de la tranche inférieure et intermédiaire de la tranche supérieure. Aucun partenaire ne dispose des ressources nécessaires pour cartographier l’ensemble des composantes de ce domaine. Néanmoins, ensemble, nos rapports fournissent une vision hétérogène de toutes les données disponibles. 

Suivi du paysage financier

FP2030 fait partie du grand nombre de partenaires d’échange de données qui suivent les flux de ressources et les dépenses en santé reproductive et sexuelle. Les rapports se recoupent. Leurs orientations et leurs analyses se complètent. 

Rapport LEAP, RHSC : https://leap.rhsupplies.org/  
Enquête CSI, GHSC de l’USAID : https://www.ghsupplychain.org/csi-dashboard/2021  
Rapport sur le marché de la planification familiale, RHSC et CHAI : https://www.rhsupplies.org/uploads/tx_rhscpublications/Family-Planning-Market-Report.pdf  
Rapport de prestation des bailleurs de fonds pour la santé et les droits sexuels et reproductifs, DSW : https://donorsdelivering.report/  

Pour l’année 2022, FP2030 estime que les dépenses totales en matière de planification familiale s’élevaient à 4 milliards de dollars américains dans l’ensemble des pays à revenu faible et intermédiaire de la tranche inférieure.ILes bailleurs de fonds internationaux ont contribué à hauteur de 1,64 milliard de dollars américains environ (y compris 1,35 milliard de dollars américains provenant de gouvernements bailleurs de fonds). En outre, les gouvernements ont versé 1,68 milliard de dollars américains, tandis que les consommateurs et les consommatrices ont dépensé 710 millions de dollars américains, d’après les estimations. (Les chiffres de ces trois éléments sont détaillés dans les sections dédiées ci-dessous.)

La contribution des gouvernements est équivalente à nos deux dernières estimations des dépenses nationales, qui s’élevaient à 1,6 milliard de dollars américains en 2019 et 1,73 milliard de dollars américains en 2021. Les variations annuelles enregistrées pour le montant total ne devraient pas être interprétées comme une tendance. En effet, les estimations des dépenses nationales restent relativement récentes, mais aussi reflètent la nature évolutive et toujours plus précise de la méthode utilisée, car de plus en plus de pays fournissent des données sur leurs dépenses. 

Cette année, un point de données se révèle préoccupant : les contributions des gouvernements bailleurs de fonds diminuent, ce qui ressemble bien à une tendance. La fondation Kaiser Family (KFF) suit les contributions des gouvernements bailleurs de fonds tous les ans depuis 2012 en respectant la même méthode à chaque fois. Le total estimé pour l’année 2022 est quasiment 10 % inférieur à celui de l’année précédente et presque 15 % plus bas que le niveau record atteint en 2019. Aujourd’hui, les gouvernements bailleurs de fonds versent un financement similaire à celui qu’ils accordaient en 2015. 

Or, comme nous l’avons remarqué précédemment, la population des femmes en âge de procréer a augmenté de 20 % depuis le lancement du partenariat en 2012. 

Si les financements provenant des bailleurs de fonds continuent de stagner ou de diminuer, cela pourrait compromettre la réalisation des objectifs des pays en matière de planification familiale et des objectifs de développement durable. Les gouvernements, qui ensemble prennent déjà en charge la plus grande part des dépenses totales de planification familiale, ne sont peut-être pas capables de fournir les fonds manquants. Dans les pays concernés, les consommateurs et consommatrices doivent sans doute s’acquitter de dépenses personnelles plus conséquentes, voire renoncer complètement à bénéficier de certains services. Les méthodes de contraception chères dépendant de l’aide des bailleurs de fonds, comme les implants, peuvent devenir moins disponibles. 

Ces facteurs doivent être pris en compte lorsque les pays et leurs bailleurs partenaires planifient leurs contributions. Quel niveau de dépenses est requis pour répondre aux besoins d’une population en pleine expansion de femmes souhaitant accéder à un vaste éventail de méthodes contraceptives, aujourd’hui comme au cours des prochaines années ? Quel niveau est nécessaire pour fournir les services de planification familiale aux personnes jusqu’à présent oubliées ? Les pays, les bailleurs de fonds et la communauté internationale de la planification familiale devront définir des stratégies de financement à long terme qui tirent pleinement parti des ressources nationales, comme des contributions des bailleurs de fonds. 

Financement des bailleurs de fonds internationaux

D’après nos estimations, les bailleurs de fonds internationaux ont investi 1,64 milliard de dollars américains dans la planification familiale en 2022. Ce montant comprend les contributions des gouvernements bailleurs de fonds, des ONG et des fondations privées. La plus grande part de ce financement (soit 1,35 milliard de dollars américains) provient des gouvernements bailleurs de fonds, selon la fondation Kaiser Family (KFF). Vous trouverez son analyse dans la section dédiée ci-dessous. D’autres bailleurs internationaux (ONG et fondations privées) ont versé environ 360 millions de dollars américains en 2022. Pour en savoir plus à ce sujet, consultez la section dédiée ci-dessous. 

bullhorn

Le financement de la planification familiale par les gouvernements bailleurs de fonds était de 1,35 milliard de dollars américains en 2022, soit une baisse de 129 millions de dollars américains par rapport à 2021 (année où un total de 1,48 milliard a été enregistré, voir la figure 1). Il s’agit du niveau de financement le plus faible depuis 2016 (année où un total de 1,31 milliard a été versé).

Financements alloués par les gouvernements bailleurs de fonds à la planification familiale en 2022 : analyse récapitulative de KFF

La Fondation de la famille Kaiser (KFF) collecte et analyse chaque année les financements des gouvernements bailleurs de fonds en faveur de la planification familiale depuis le Sommet de Londres sur la planification familiale en 2012. L’analyse de cette année évalue les fonds en 2022 ainsi que les tendances au fil du temps. Les montants totaux présentés comprennent un financement bilatéral réservé à la planification familiale et la part estimée des contributions des gouvernements bailleurs de fonds aux ressources principales de l’UNFPA qui sont utilisées pour la planification familiale. Ils se fondent sur une analyse de données émanant des 32 gouvernements bailleurs de fonds membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en 2022 qui avaient fourni leurs chiffres en matière d’aide publique au développement. Les données ont été collectées directement auprès de 9 de ces gouvernements, qui représentent 97 % de l’ensemble des financements gouvernementaux bilatéraux des bailleurs de fonds pour la planification familiale. Les données pour les autres bailleurs de fonds ont été obtenues à partir du Système de notification des pays créanciers (SNPC) de l’OCDE. 

Décaissements totaux des gouvernements bailleurs de fonds en faveur de la planification familiale

Le financement de la planification familiale par les gouvernements bailleurs de fonds était de 1,35 milliard de dollars américains en 2022, soit une baisse de 129 millions de dollars américains par rapport à 2021 (année où un total de 1,48 milliard a été enregistré, voir la figure 1). Il s’agit du niveau de financement le plus faible depuis 2016 (année où un total de 1,31 milliard a été versé)19. Même si cette baisse s’explique notamment par les réductions réelles des contributions des gouvernements bailleurs de fonds, une part importante peut être attribuée à la hausse du dollar américain à l’échelle internationale20.

19.
Les totaux dédiés à la planification familiale sont différents de ceux enregistrés l’année dernière, à cause de données actualisées reçues après la publication du rapport de 2022 et d’une modification de la méthode utilisée pour intégrer la part ajustée des principales contributions de l’UNFPA qui est consacrée à la planification familiale (voir la note méthodologique). Les montants accordés par les bailleurs de fonds ne correspondent pas exactement aux montants totaux, car les chiffres ont été arrondis.
20.
Dans la plupart des cas, les gouvernements bailleurs de fonds communiquent les données sur leurs contributions dans leur devise d’origine, qui sont converties en dollars américains aux fins du présent rapport (voir la note méthodologique). La hausse de la valeur du dollar américain à l’échelle internationale en 2022 a engendré des variations des taux de change, qui, à leur tour, ont amplifié tout changement dans le financement de la planification familiale entre 2021 et 2022 lors de la conversion en dollars américains des montants totaux versés par un gouvernement bailleur de fonds qui ont été fournis dans leur devise d’origine.

FIGURE 14

Décaissements bilatéraux des gouvernements donateurs en faveur de la planification familiale, 2012-2022

Décaissements des gouvernements bailleurs de fonds individuels

Le financement provenant de six gouvernements bailleurs de fonds (l’Allemagne, l’Australie, le Canada, le Danemark, le Royaume-Uni et la Suède) a diminué en 2022. Certaines de ces baisses résultaient des décisions budgétaires prises quant à l’aide humanitaire apportée dans le cadre de la guerre en Ukraine, tandis que d’autres faisaient suite à des hausses enregistrées en 2021 et représentaient un retour aux montants de l’année précédente21. Ces tendances étaient identiques après avoir tenu compte des variations des taux de change, même si les diminutions étaient plus minimes.

Deux pays ont augmenté leur financement (la Norvège et les Pays-Bas) tandis que les États-Unis n’ont pas modifié leur contribution. 

21.
Le Danemark et la Suède ont attribué ces baisses aux besoins budgétaires liés à l’aide humanitaire apportée dans le cadre de la guerre en Ukraine. Les diminutions des contributions de l’Allemagne, de l’Australie et de la Suède ont suivi d’importantes hausses en 2021. Ainsi, les niveaux de financement sont remontés approximativement aux montants de l’année précédente.

tABLEAU 6

Décaissements bilatéraux des gouvernements donateurs pour la planification familiale, 2012-2022* (en millions de dollars courants)

PAYS

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

2019

2020

2021

2022

Allemagne

Australie

Canada

Danemark

États-Unis

Norvège

Pays-Bas

Royaume-Uni

Suède

Autres pays du CAD

TOTAL

51,5 $

42,7 $

35,9 $

38,1 $

42,3 $

43,6 $

55,1 $

49,9 $

46,9 $

70,1 $

46,0 $

42,4 $

29,2 $

14,6 $

26,2 $

27,5 $

23,3 $

25,7 $

 25,0 $

49,5 $

44,8 $

48,6 $

50,9 $

45,4 $

46,0 $

72,3 $

83,6 $

91,2 $

96,1 $

99,9 $

21,3 $

27,9 $

36,6 $

35,6 $

35,9 $

44,7 $

44,0 $

32,7 $

24,9 $

26,5 $

585,5 $

584,7 $

585,1 $

585,0 $

582,5 $

600,5  $

592,5 $

592,5 $

592,5 $

579,2 $

14,4 $

33,6 $

33,6 $

18,7 $

14,4 $

15,9 $

22,4 $

25,3 $

20,6 $

19,7 $

114,6 $

163,5 $

172,6 $

173,4 $

190,4 $

207,0 $

221,2 $

209,1 $

208,9 $

193,7 $

258,8 $

311,1 $

333,8 $

275,8 $

209,5 $

287,0 $

288,3 $

387,4 $

275,6 $

207,7 $

53,6 $

62,7 $

83,3 $

76,9 $

103,5 $

126,4 $

119,4 $

122,8 $

141,0 $

185,5 $

79,1 $

87,3 $

102,3 $

96,7 $

57,4 $

50,3 $

59,1 $

38,4 $

49,6 $

47,4 $

1269,5 $

1404,8 $

1463,2 $

1360,2 $

1308,2$

1475,0 $

1508,9 $

1575,0 $

1481,1 $

1479,3 $

36,6 $

36,0 $

88,3 $

18,1 $

582,9 $

31,4 $

217,4 $

174,7 $

121,3 $

43,2 $

1349,9 $

Part des gouvernements bailleurs de fonds dans le montant total des décaissements

Les États-Unis ont continué d’être le plus grand bailleur de la planification familiale en 2022 : leur contribution a représenté 43 % (soit 582,9 millions de dollars américains) du financement total provenant des gouvernements, suivi par celle des Pays-Bas (217,4 millions de dollars américains ou 16 %), du Royaume-Uni (174,7 millions de dollars américains ou 13 %), de la Suède (121,3 millions de dollars américains ou 9 %) et du Canada (88,3 millions de dollars américains ou 7 %). 

La grande majorité du financement de la planification familiale est fournie de manière bilatérale (soit 1,3 milliard de dollars américains ou 96 %). La part restante (soit 50 millions de dollars américains ou 4 %) est constituée de contributions multilatérales aux ressources principales de l’UNFPA, qui ont été ajustées afin d’obtenir une part estimée de la planification familiale. 

Pour connaître les méthodes utilisées, consultez l’annexe technique. 

FIGURE 15

Assistance internationale en matière de planification familiale : Part des gouvernements donateurs dans les décaissements bilatéraux, 2022

Note : chiffres basés sur l'analyse de la Kaiser Family Foundation concernant le financement du planning familial par les gouvernements donateurs.

Autres bailleurs internationaux

Même si les estimations de la fondation KFF prennent en compte la majorité du financement de la planification familiale, certaines contributions versées par des ONG et des fondations privées passent à la trappe de ces canaux de communication. L’« Institute for Health Metrics and Evaluation » (l’Institut pour l’évaluation et les métriques de santé ou IHME) recueille des données auprès de plusieurs sources, notamment le SNPC et le CAD de l’OCDE, la Banque mondiale, les banques régionales de développement, les ONG financées par l’USAID et les organismes des Nations unies, afin d’identifier les dépenses en santé réalisées par les bailleurs internationaux22. 

Selon les estimations de l’IHME, en 2022, les fondations et les ONG investissaient 360 millions de dollars américains dans la planification familiale, une somme qui n’était pas comprise dans l’estimation de la fondation KFF. Toutefois, il est important de remarquer que, malgré cela, nous n’obtenons pas une vue d’ensemble complète du financement des bailleurs de fonds. Ces estimations n’intègrent pas les bailleurs anonymes. En outre, il est impossible d’établir avec certitude le montant du financement de la planification familiale qui passe par le Mécanisme de financement mondial. Dans certains domaines, il peut s’avérer nécessaire de concevoir des méthodes d’estimation supplémentaires. 

22.
Des recherches par mots-clés dans les descriptions de projets sont utilisées pour distinguer le financement de la planification familiale d’autres types d’aide aux bailleurs en faveur de la santé. Les estimations incluent le financement des bailleurs de fonds bilatéraux, ainsi que des fondations et des ONG.

Dépenses publiques nationales

D’après les estimations, les gouvernements ont investi 1,68 milliard de dollars américains dans la planification familiale en 2022. Les dépenses nationales sont définies comme toutes les dépenses gouvernementales en appui à la planification familiale, y compris les achats de produits, les campagnes de stimulation de la demande, les investissements dans la formation et la recherche, ainsi que la prestation de services. 

Nous rendons compte des dépenses nationales pour la sixième année, et le nombre de pays pour lesquels des estimations sont disponibles a augmenté chaque année. Le tableau de cette année comprend des estimations pour 61 pays à revenu faible et intermédiaire de la tranche inférieure, soit des dépenses de 1,6 milliard de dollars américains. Les montants les plus importants sont rapportés par les pays les plus peuplés d’Asie qui financent une grande partie de leur propre programme. Le Bangladesh, l’Inde, l’Indonésie, le Pakistan et les Philippines représentent ensemble environ 76 % du total. Les dépenses gouvernementales par utilisateur et utilisatrice de méthode moderne vont de 0 environ à 50 dollars, avec une moyenne d’environ 5 dollars par utilisateur et utilisatrice. Les pays étudiés représentent 95 % des utilisateurs et utilisatrices de méthodes modernes dans l’ensemble des pays à revenu faible et intermédiaire de la tranche inférieure. L’ajustement pour les pays manquants porte les dépenses publiques nationales estimées à 1,68 milliard de dollars américains. 

La dernière estimation des dépenses est 3 % inférieure aux chiffres de l’année passée, ce qui ne doit toutefois pas être interprété comme une tendance, car l’ensemble de données évolue chaque année et les dépenses des pays connaissent d’importantes variations. La nouvelle estimation comprend quatre pays supplémentaires (le Cambodge, l’Eswatini, la Palestine et la Tunisie), soit un total de près de 39 millions de dollars. Cependant, les dépenses ont fortement diminué au Bangladesh (de 230 à 187 millions de dollars) et en Indonésie (de 355 à 251 millions de dollars), mais ont été compensées en partie par les hausses enregistrées au Pakistan (de 130 à 171 millions de dollars) et aux Philippines (de 260 à 294 millions de dollars). 

tABLEau 7

Dépenses publiques intérieures pour la planification familiale

PAYS

2016

2017

2018

2019

2020

2021

2022

Source

Afghanistan

Bengladesh

Bénin

Bhoutan

Birmanie

Bolivie

Burkina Faso

Burundi

Cambodge

Cameroun

Comores

Congo

Congo, RD

Côte d’Ivoire

Djibouti

Egypte

Eswatini

Ethiopie

Gambie

Ghana

Guinée

Guinée-Bissau

Honduras 

Inde

Indonésie

Kenya

Laos

Lesotho

Libéria

Madagascar

Malawi

Mali

Mauritanie

Mozambique

Népal

Nicaragua

Niger

Nigeria

Ouganda

Ouzbekistan

Pakistan

Papouasie Nouvelle Guinée

Philippines

République du Kirghizistan

Rwanda

Sao Tomé et Principe

Sénégal

Sierra Leone

Somalie

Soudan du sud

Sri Lanka

Tadjikistan

Tanzanie

Tchad

Territoire Palestinien

Timor Oriental

Togo

Tunisie

Vietnam

Zambie

Zimbabwe

496 943 $

1 451 214 $

46 838 $

995 876 $

FNUAP

230 240 000 $

202 016 765 $

186 593 474 $

FPSA

2 201 743 $

3 443 101 $

3 480 585 $

FPSA

7 960 108 $

3 241 442 $

FPSA

6 277 150 $

FPSA

9 244 791 $

10 548 488 $

FPSA

1 889 101 $

1 756 825 $

FPSA

3 030 699 $

2 502 913 $

3 051 440 $

FPSA

5 128 710 $

5 577 714 $

5 678 687 $

OMC

135 702 $

639 234 $

819 419 $

FPSA

2 318 307 $

2 929 995 $

3 662 714 $

4 050 173,4 $

OMC

4 575 746 $

6 422 777 $

FPSA

9 894 513 $

11 451 878 $

12 391 825 $

FPSA

26 620 641 $

35 711 413 $

34 082 709 $

FPSA

67 624 $

89 456 $

100 241 $

FPSA

137 710 916 $

8 605 751 $

FNUAP

1 770 636 $

1 492 055 $

FPSA

6 441 333 $

10 638 389 $

FPSA

656 698 $

525 126 $

774 099 $

FPSA

14 459 321 $

5 083 393 $

FPSA

3 975 186 $

2 939 094 $

13 946 324 $

FPSA

223 361 $

377 490 $

FPSA

2 469 404 $

UNFPA

227 181 172 $

377 827 263 $

257 300 783 $

314 163 648 $

Govt

335 471 125 $

251 320 006 $

FPSA

34 450 000 $

34 443 510 $

32 108 971 $

FPSA

1 051 938 $

754 082 $

587 676 $

FPSA

1 707 490 $

1 191 180 $

1 283 834 $

FPSA

1 699 237 $

7 769 268 $

FPSA

1 569 686 $

3 405 906 $

2 931 085 $

FPSA

3 281 256 $

2 669 345 $

3 733 259 $

FPSA

5 132 920 $

10 148 634 $

9 508 581 $

FPSA

448 603 $

544 628 $

FPSA

3 492 581 $

3 459 445 $

FPSA

5 068 272 $

5 267 280 $

4 886 554 $

FPSA

1 402 624 $

1 088 820 $

UNFPA

1 181 061 $

6 456 017 $

3 949 117 $

FPSA

9 544 913 $

1 670 142 $

7 423 097 $

10 299 861 $

8 359 745,18 $

30 247 669 $

WHO

728 510 $

FPSA

6 963 527 $

4 459 734 $

3 900 794 $

FPSA

130 971 130 $

172 057 195 $

FPSA

1 767 979 $

177 188 $

156 754 $

UNFPA

263 004 828 $

260 171 718 $

294 435 549 $

FPSA

12 629 754 $

12 656 967 $

17 255 889 $

FPSA

3 650 132 $

4 118 124 $

FPSA

350 473 $

288 210 $

246 178 $

FPSA

4 265 521 $

7 644 776 $

13 538 312 $

FPSA

1 305 108 $

272 796 $

347 391 $

FPSA

14 080 $

34 904 $

FPSA

305 037 $

435 053 $

FPSA

13 590 842 $

14 229 196 $

15 375 538 $

FPSA

1 857 052 $

1 948 745 $

FPSA

466 642 $

2 549 106 $

2 360 190 $

FPSA

4 013 810 $

5 814 595 $

6 159 292 $

FPSA

2 053 290 $

2 178 994 $

FPSA

7 183 920 $

535 508 $

880 931 $

FPSA

3 523 364 $

4 454 808 $

8 496 575 $

FPSA

31 243 442 $

32 223 019 $

28 255 618 $

FPSA

18 965 068 $

18 019 222 $

16 224 048 $

FPSA

50 785 986 $

41 560 937 $

FPSA

5 507 599 $

17 928 498 $

8 975 302 $

FPSA

Chaque estimation nationale figurant dans le tableau 7 concerne l’exercice fiscal le plus récent, dans la plupart des cas 2019, 2021 ou 2022.

FPSA: Family Planning Spending Assessment
UNFPA: United Nations Population Fund
WHO: World Health Organization System of Health Accounts

Dépenses décentralisées par les gouvernements nationaux

Dans de nombreux pays, les investissements gouvernementaux dans la planification familiale sont décentralisés : certaines sommes proviennent des budgets nationaux, tandis que d’autres sont issues d’organes gouvernementaux infranationaux. Par conséquent, il est intéressant de comprendre comment les entités gouvernementales décentralisées (notamment les provinces, les États, les unités ou administratives gouvernementales locales, les municipalités, les districts et même les établissements) pourraient augmenter leur financement des programmes de santé et de la planification familiale. Depuis 2017, Track20 a tenté d’estimer la part du financement décentralisé par rapport au financement national total à l’aide de son évaluation des dépenses de planification familiale. Cette année-là, le Kenya a déclaré bénéficier d’un financement décentralisé provenant de ses 47 comtés sur la période 2014-2015. 

Le tableau 8 répertorie les données les plus récentes (pour la période 2021-2022) concernant les pays dont l’évaluation des dépenses de planification familiale a mis en lumière un financement décentralisé. Ces résultats indiquent différents niveaux de financement décentralisé par rapport à l’investissement du gouvernement central. Au Pakistan, la part du financement décentralisé est très élevée, soit 98 % des investissements totaux des provinces dans la planification familiale. Au Kenya, les comtés représentent 85 % des contributions totales à la planification familiale. Comme le démontrent les données des Philippines, le financement décentralisé constituait 68 % des dépenses totales en planification familiale, dont la majorité incombait aux entités gouvernementales locales. 

tABLE 8

Source des dépenses en planification familiale

Total provenant de toutes les sources de financement

Total provenant du gouvernement central

Total du financement décentralisé

Pourcentage du financement décentralisé

Bolivie 2022

10 548 488 $ 

8 372 523 $ 

2 175 965 $

21 % 

Indonésie 2020 

355 371 125 $ 

352 986 737 $

2 469 294 $ 

1 %

Kenya 2021

32 108 972 $

4 937 874 $

27 171 098 $ 

85 % 

Mali 2021 

10 148 634 $

10 134 255 $

14 378 $

0,1 %

Népal 2021 

5 267 280 $

4 968 612 $

298 668 $

6 % 

Ouzbekistan 2022

3 900 794 $

3 465 000 $

435 280 $

11 %

Pakistan 2021

172 057 195 $

4 800 274 $

167 256 921 $

97 %

Philippines

294 435 549 $

64 775 821 $

229 659 728 $

78 % 

Somalie 2022 

34 904 $

17 584 $

17 320 $

50 %

Tanzanie 2022 

2 360 190 $

1 948 607 $

411 583 $

16 % 

Vietnam 2022 

16 224 048 $

3 510 864 $

12 713 184 $

78 % 

Le nombre de pays versant un financement décentralisé est relativement petit (par rapport à la moyenne annuelle des 42 pays pour lesquels des évaluations des dépenses de planification familiale ont été réalisées en 2021 et en 2022) à cause de trois facteurs au moins : 

  • Le montant des financements est souvent faible et difficile à obtenir. 
  • Dans certains pays, comme l’Inde, nous savons que les importants financements proviennent des gouvernements infranationaux. Or, il est difficile de distinguer la planification familiale des autres dépenses de santé. 
  • Au sein de plusieurs pays, les sources éventuelles de financement décentralisé n’investissent pas dans la santé ou la planification familiale et préfèrent contribuer à d’autres secteurs gouvernementaux. 

Comme l’ont révélé les discussions organisées dans l’Afrique de l’Ouest francophone par le personnel de Track20, nombre de responsables ne savaient pas si un financement décentralisé existait dans leur pays. Track20 collabore actuellement avec le Nigeria afin d’inclure les dépenses financées par les 37 États de ce pays. 

Pour connaître les méthodes utilisées, consultez l’annexe technique. 

Dépenses personnelles des consommateurs et consommatrices

Selon les estimations, les consommateurs et les consommatrices ont dépensé 710 millions de dollars américains pour la planification familiale en 2022. Ce chiffre se fonde sur le rapport « Landscape & Projection of Reproductive Health Supply Needs » (LEAP), rédigé par Reproductive Health Supplies Coalition et Avenir Health. Ce rapport LEAP estime les dépenses personnelles en matière de contraceptifs en fonction du nombre d’utilisateurs et d’utilisatrices de méthodes modernes (provenant de Track20 et de la Division de la population de l’ONU), de la gamme de méthodes unies, des prix et du pourcentage d’utilisateurs et d’utilisatrices qui bénéficient des services fournis par le secteur privé (provenant des enquêtes sur la santé démographique, des enquêtes en grappes à indicateurs multiples et d’autres enquêtes nationales). 

Annexe technique

Analyse KFF

Les montants totaux des dépenses de planification familiale comprennent le financement bilatéral et une part ajustée des investissements dans ce domaine provenant des contributions des gouvernements bailleurs de fonds aux ressources principales de l’UNFPA. Le financement bilatéral représente les montants spécifiquement désignés par les gouvernements bailleurs de fonds pour la planification familiale, tel que défini par le CAD de l’OCDE. Il comprend les projets autonomes de planification familiale, les contributions spécifiques à la planification familiale aux organisations multilatérales (par ex., les contributions au partenariat UNFPA Supplies) et, dans certains cas, les projets intégrant la planification familiale dans des activités plus larges de santé reproductive. 

Les ressources principales de l’UNFPA doivent être utilisées pour mener des activités dans le cadre de programmes (dédiés à la planification familiale, à la population et au développement, à la lutte contre le VIH/sida, au genre, mais aussi à la santé et aux droits sexuels et reproductifs) et pour apporter une aide opérationnelle. Les contributions versées par les gouvernements bailleurs de fonds pour les ressources principales de l’UNFPA ont été ajustées afin de refléter la part de ces ressources qui financent les activités de planification familiale au cours d’une année donnée, selon les informations fournies par l’UNFPA. Par exemple, en 2022, l’UNFPA a signalé avoir dépensé un total de 532 millions de dollars provenant des ressources principales, y compris 63 millions de dollars pour les activités de planification familiale. Ainsi, selon les estimations, 12 % des principales contributions d’un gouvernement bailleur de fonds versées en 2022 étaient inclus dans son financement total de la planification familiale23.  

À quelques exceptions près, les données représentent des « décaissements », définis comme le déblocage effectif de fonds ou l’achat de biens ou de services pour un bénéficiaire. Elles ont été obtenues grâce à une communication directe avec les gouvernements bailleurs de fonds, à l’analyse des données primaires brutes et au SNPC de l’OCDE. Les informations relatives au financement de l’UNFPA provenaient de communications directes et de documents fournis par le conseil d’administration. 

Pour les États-Unis, le financement représente les crédits définitifs du Congrès (engagements fermes qui seront dépensés), au lieu de décaissements qui pourraient fluctuer d’une année à l’autre en raison de la nature unique du processus budgétaire américain. (Contrairement à la plupart d’autres bailleurs de fonds, le financement de l’aide étrangère américaine pourrait être décaissé sur une période pluriannuelle.) 

Dans certains cas, il est difficile de ventiler le financement bilatéral de la planification familiale à partir des totaux plus larges de la population, de la santé reproductive et maternelle. Les deux sont parfois représentés comme des totaux intégrés. En outre, les activités liées à la planification familiale financées dans le cadre d’autres secteurs de l’aide publique au développement (par ex., l’aide humanitaire, l’éducation et la société civile) sont restées largement non identifiées. Aux fins de cette analyse, nous avons travaillé en étroite collaboration avec les grands bailleurs de fonds en matière de planification familiale afin d’identifier ces financements intersectoriels spécifiquement liés à la planification familiale (voir les remarques du tableau). 

Les données de financement sont recueillies auprès des gouvernements bailleurs de fonds dans leur devise d’origine, puis converties en dollars américains en se fondant sur le taux de change provenant du CAD de l’OCDE et la Réserve fédérale américaine. Les taux de change de 2022 ont été appliqués aux montants de 2021 afin d’évaluer les conséquences des fluctuations monétaires sur les niveaux de financement généraux entre ces deux années. Les totaux n’ont pas été ajustés par rapport à l’inflation. Pour obtenir des données dans la devise du pays bailleur de fonds, veuillez contacter l’équipe chargée de la recherche. 

Dépenses publiques nationales

Les dépenses déclarées proviennent de trois sources différentes :   

SCS de l’OMS. L’OMS met en œuvre, depuis plusieurs années, la collecte de données sur les dépenses de santé grâce au Système de comptes de la santé (SCS) 2011 dans le cadre d’un effort conjoint avec l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et Eurostat. Les estimations approuvées par le gouvernement sont publiées dans la base de données des dépenses mondiales de santé de l’OMS. Ces données comprennent les dépenses annuelles directement mesurées, lorsqu’elles sont disponibles, ou bien des estimations basées sur les tendances des mesures des années précédentes. 

Évaluation des dépenses en matière de planification familiale. Track20 recueille des données sur les dépenses dans les pays à revenu faible et intermédiaire en utilisant une version modifiée de l’évaluation nationale des dépenses consacrées à la lutte contre le VIH/sida qui se concentre strictement sur la planification familiale. Ces analyses permettent de recueillir des informations auprès des principaux bailleurs de fonds et des organismes de mise en œuvre afin de décrire les sources et les utilisations des fonds. Les résultats sont transmis aux gouvernements et aux autres parties prenantes. Les méthodes d’évaluation des dépenses de planification familiale ont d’abord été testées au Kenya avec les données de 2017. Aujourd’hui, elles ont été étendues à 48 pays afin d’inclure des estimations des dépenses en planification familiale du gouvernement.      

FNUAP. Le FNUAP et le NIDI (« Netherlands Interdisciplinary Demographic Institute » ou Institut démographique interdisciplinaire néerlandais) ont suivi les dépenses publiques nationales en faveur de la planification familiale de 2014 à 2019. Le NIDI collabore avec les bureaux nationaux du FNUAP dans l’optique d’engager des consultantes et consultants locaux en vue de l’examen des dossiers et des entretiens avec les responsables des gouvernements. Le NIDI a procédé à la vérification de l’exhaustivité et la qualité des résultats. Les résultats finaux étaient approuvés pour publication par les organisations qui fournissent les données et, dans la plupart des cas, par les agences gouvernementales appropriées.

23.
En 2022, l’UNFPA a consacré environ 342 millions de dollars américains (soit 28 % des dépenses totales de son programme) en faveur des activités de planification familiale (63 millions de dollars américains provenant des ressources principales et 279 millions de dollars d’autres ressources). Le montant total versé par l’UNFPA en 2022 comprend un financement exclusivement réservé aux activités de planification familiale spécifiques, y compris les environnements habilitants, la mise à disposition de contraceptifs et de fournitures connexes, mais aussi le renforcement des systèmes de planification familiale. Contrairement aux années précédentes, ce montant total exclut le financement pour les activités ayant une influence indirecte sur les résultats de la planification familiale.

PHOTO DE Jonathan Torgovnik/Getty Images/Images of Empowerment